Le syndrome d’Asperger et l’autisme constituent des troubles assez graves chez un enfant. Un autiste peut faire des crises à haut degré qui entraînent d’énormes souffrances. Ces crises apparaissent souvent lorsque l’enfant est en phase d’une situation qu’il ne comprend pas. Des sentiments d’anxiété ou d’énervement provoquent souvent un état de panique élevé. Mais pas seulement, les événements terrorisants ou stressants sont aussi à l’origine des crises d’autisme. Ces moments de réaction de l’autisme entraînent la peur de nombreux enfants. Comment réagir face à ces crises ? Que faire pour calmer son enfant autiste ? Focus !

1. Être calme et avoir les bons gestes rassurants pour votre enfant

Lorsqu’un enfant autiste fait une crise, les parents doivent rester calmes. Votre petit sera totalement agité et perdu durant sa crise. Vous devez être à votre tour solide et rassurant. Il faut éviter de sombrer dans la panique. Cela ne fera qu’accentuer l’état de frayeur qui peut submerger votre enfant. Le meilleur moyen de rassurer son petit est de ne pas lui faire voir que la situation vous échappe. Vous ne devez pas montrer des émotions d’effrois. Une crise d’autisme se caractérise toujours par une montée de nombreux sentiments désagréables envahissant votre enfant. Évitez de lui crier dessus ! Ce genre de comportement n’est pas approprié. Il faut aussi éviter de le frapper, car la situation s’aggravera davantage. Beaucoup de patience et d’empathie sont nécessaires pour surmonter cette épreuve.

2. Des gestes de tendresse pour remédier à une crise d’autisme

Lorsqu’un autiste est submergé par une forte crise, les gestes affectueux sont d’une grande efficacité pour aider à le détendre. Parmi les trucs qui marchent énormément, il faut lui faire un gros câlin. Ce geste de tendresse permet à un petit autiste de se sentir mieux. Le contact physique permet de procurer des sensations de calme et de sécurité. Grâce à un câlin, votre enfant réussit à coup sûr à se détendre. Toutefois, il est important d’éviter le forçage. Si l’enfant refuse d’être pris dans les bras, il ne faut pas l’obliger. Si vous sollicitez ardemment un câlin, un sentiment de panique peut prendre le dessus. Si bien qu’il peut réagir violemment en vous tapant ou frappant dessus. Des réactions néfastes à éviter le plus possible !

3. Respecter le besoin de s’isoler chez l’enfant autiste

Quand un moment de panique s’empare d’un enfant atteint d’autisme, il arrive qu’il cherche un endroit pour s’isoler. Un lieu qui lui permet de rester seul pendant un moment peut l’aider à se calmer. Parfois, les enfants autistes courent dans leur chambre, dans le jardin ou se cachent dans le placard. Les endroits où ils se sentent en sécurité permettent d’éviter que la crise s’accentue. Laissez-le partir dans son refuge ! Il ne faut pas le contraindre à rester dans un environnement où il n’est pas tranquille. Après une quinzaine de minutes, vous pouvez partir le chercher pour voir son état. Si vous n’arrivez pas à gérer les moments de crises, n’hésitez pas à contacter un professionnel ou de la famille.

Catégories : Bien-être

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *